Archives for posts with tag: CTIC Dakar

Senegal’s location and infrastructure an opportunity for startups – CTIC

note : article by Tom Jackson originally published on HumanIPO

Senegal’s position as an entry into Francophone Sub-Saharan Africa as well as the level of technological development mean the country’s startups have great potential, according to accelerator programme CTIC Dakar.

HumanIPO reported yesterday on CTIC Dakar, the first accelerator and incubator for IT entrepreneurs in Francophone Sub-Saharan Africa, which has secured US$150,000 in investments for its startups so far this year.

Yann Le Beux, catalyst at CTIC Dakar, told HumanIPO that though the market in Senegal was small – the country has only 13 million inhabitants – it had great potential for firms as an entry into the rest of the region, with Francophone Sub-Saharan Africa having a population of more than 350 million.

“Senegal has for us a tremendous potential,” said Le Beux. “For historic and administrative reasons, it is pretty easy for a company based in Senegal to access this regional market. Furthermore, a large number of international corporations or NGOs are headquartered in Senegal for west and central Africa.”

He also said Senegal has a good higher education system, with more than 200 institutions and several international campuses which attracts students from other countries and creates a large talent pool.

“Finally, the IT infrastructure and connectivity is good and the mobile penetration rate is close to 90 per cent now,” Le Beux said. “3G is well used and 4G is in its pilot phase.”

HumanIPO reported yesterday the latest Ookla Net Index, reporting average broadband speeds based on individual IP tests, placed Senegal in 14th place.

Le Beux said all these factors mean Senegal has an opportunity to make a global impact through ICT.

“We work night and day at CTIC to achieve this,” he said. “Senegal is already taking advantage of its very high level diaspora to boost global Senegalese companies. They start businesses back home and bring a lot a business and technology practices and then use their international connections to scale globally.”

He said with the rapidly growing internet penetration rate, Senegal is an ideal place to test business models and products for the francophone and global market. He said what was needed now was for the country to attract more international private investments.

“We need more private investment at the seed stage,” Le Beux said. “We now have several VCs based in Senegal or looking closely at it, but we need a few more business angels to really help the startups get off the ground. A public innovation fund could be a good tool to trigger the angel industry, by a match-making grants system for instance.

“Also, like many other countries in Africa, Senegal lacks good graphic designers who can work with engineers – this is really holding back the mobile apps industry. The cost of electricity is also still a break for young companies.”

Les Métiers de l'Entrepreneuriat TIC – CTIC Dakar – Mars 2014 from Yann LE BEUX

1410688_327963127344344_2058674942_o

A few weeks ago in a small former colonial town north of Senegal called Saint-Louis, Tekki48, a two-day startup event organized by local tech hubs CTIC Dakar and Jokkolabs in partnership with the local University, was launched.

The purpose of the event, designed and created by CTIC Dakar, is to take the best of the StartupWeekend model and adapt some aspects to the needs of local entrepreneurs. This raises the question: Should African tech communities, incubators and accelerators create and brand their own events and programs instead of replicating proven international concepts? Of course there is no easy answer to this question, but I will try to outline a few of the pros and cons associated with each choice.

The Benefits of Localizing Your Tech Event

–        Events like StartupWeekend or accelerator programs like TechStars and Y-Combinator have been designed for startup ecosystems in the US or more precisely for some US tech-savvy cities.  However, when you implement such a program in a different geography or context, you may see that several things do not fit. It could be the stage of the companies supported, their needs in terms of support, the availability of the mentors and investors, the pitching capabilities or the young entrepreneurs, etc.

For instance, after organizing the first StartupWeekend in francophone sub-Saharan Africa in Dakar, and hosting another in Saint-Louis, CTIC decided to stop using its entire team and their resources to deliver this model. Why? Because although we may have been successful in terms of attracting media and stakeholder attention, we did not create startups mature enough to integrate into our acceleration and incubation programs. Furthermore, the governance structure of StartupWeekend stipulated that only one person from the community could serve as the entry point in Senegal, which made it difficult for CTIC to include the event in its strategic plan.

As a result, we started thinking about creating a new event more adapted to our environment. A few months later, we had a “minimum viable product” that we launched in Dakar as the first Tekki 48, a two-day startup accelerator event where companies are selected in advance and the culmination is a combination of the final pitch and several deliverables the teams have to produce during the weekend. These include financial projections, communication materials, a customer base description, an action plan and a business model canvas. For CTIC, Tekki 48 has two core objectives: to raise the awareness of local decision makers of their tech ecosystems, and filter motivated and promising startups. However, Tekki 48 will continually evolve, because as the creators of this event, we don’t have to ask permission to transform it as long as we learn and our ecosystem evolves.

–        Another reason to localize your events and programs is to encourage the natural adoption and acceptance by your tech community and sponsors. For example, using local names, concepts and ideas makes it easier for people to relate to your effort, and reduces the belief that foreign influence is too significant. However, taking this path can be more difficult at the beginning when you have no track record of success. But once one or two of your local events have worked, you start creating a brand that people recognize and belong to – and that’s a terrific victory. In our case, we named our event, Tekki, which means “success” in Wolof, the national language of Senegal.

The Challenges of Localizing Your Tech Event

–        On the other hand, an internationally recognized brand and concept is easier to present and to pitch to partners, especially if you don’t have a long history as an event organizer. It also gives you the time to build the skills of your team by using an existing concept, because you follow the canvas the international organization has developed for you. This helps you get to implementation quickly because you can focus on the logistics, which can be pretty difficult to manage in Africa on a small budget, and pay less attention to the model and program.

–        The second beautiful thing about global models like StartupWeekend is the community and international recognition. Organizing such an event can put your city “on the map”. Even though it’s just an event, it seems sometimes as if a country with no StartupWeekend is a country with no tech ecosystem, so it helps you be visible and build links at a global level. This international community will then help you learn and grow.

In conclusion, I would advise you to carefully think about what your ecosystem and organization need before involving your hub brand, team and partners in large-scale events. I believe that we need many more events in our countries in order to see entrepreneurs blooming everywhere. This includes events like Startup Weekend and barcamps, because they are fast to implement and have a clear value in building communities and raising awareness about entrepreneurship and technologies. But we also need events and support programs precisely adapted to the need of our organizations and ecosystems, and which belong to our communities. Our goal as hubs is to empower people, so let’s empower ourselves first.

NOTE : this article has been co-written with Tayo Akinyemi, Director at Afrilabs, the pan-africain network of incubators and tech hubs – and first published on the afrilabs’ blog – Thanks Tayo !

—————

HumanIPO_Logo-624x169

Note : this article is the original version of an interview given to the great site Human IPO and first published under the title :  Senegalese accelerator secures $150k for startups this year –   Thanks @ Tom Jackson

– What is the idea behind CTIC, and how does it work?

CTIC is the first accelerator and incubator for IT entrepreneurs in Francophone sub-saharan Africa. Created 2 years ago as a public-private non-profit organization, CTIC’s vision is to support the best IT entrepreneurs based in Senegal but having a global or at least regional reach. We have been supported from the start by great partners like the World Bank Infodev program, the German cooperation GIZ, the European Union, the Senegalese Government, the operator Orange and other smaller local private partners. The big idea is to have the government involve to provide facilities, electricity and also to facilitate access to public markets for our SME, but it doesn’t interfere with CTIC’s the business-oriented management style. Our business model is based on a percentage of the revenue growth of the companies we support – if they don’t grow, we don’t get paid. We have two programs: the incubation for existing companies already generating revenues which goes up to 3 years, and the accelerator for innovative startups teams which last 6 months. We don’t take equity so far in the accelerated companies, the accelerator being more for us a way to increase the pipeline of venture and to select the best for our incubation program. We have a team of 8 full time employees.

– Do you provide incubation?

Yes – we provide private office spaces to our companies (but also support larger companies having external offices), business development and contract negotiation, financial and fiscal management, media partnerships, community management, dedicated events if you want to showcase your product and of course access to finance. We now have few local partners directly seed funding our companies and startups.

– How are you funded?

We started with grants from the WorldBank / IFC, Orange, EU and the Government. After 2 years of activity only, we are now able to cover 45% of our annual budget with the revenue we generate from our companies and few business development services like consulting and events. We hope to be fully sustainable by 2016.

– What potential is there in the Senegalese tech space?

Senegal has for us a tremendous potential. Of course the market is small (13 million inhabitant) but Senegal has been traditionally the entry door to Francophone sub-Saharan Africa, which represents a +350 million people market. For historic and administrative reasons, is pretty easy for a company based in Senegal to access this regional market. Furthermore, a large number of international corporations or NGOs are headquartered in Senegal for west and central Africa. Third, Senegal has a very good higher education system, with more than 200 institutions and several international campus. The country attracts a lot of students from other francophone places which created a large talent pool to tap in if you are starting your business. Finally, the IT infrastructure and connectivity is good and the mobile penetration rate is close to 90% now. 3G is well used and 4G is in its pilot phase. Last but not least, the quality of life and security is one of the best on the continent – and that also is important for a tech ecosystem!

– What is holding it back currently?

We need more private investment at the seed stage. We now have several VC based in Senegal or looking closely at it, but we need few more business angels to really help the startups get off the ground. A public innovation fund could be a good tool to trigger the angel industry by a match-making grants system for instance. Also, like many other countries in Africa, Senegal lacks of good graphic designers who can work with engineers – this is really holding back the mobile apps industry. The cost of electricity is also still a break for young companies (but not for CTIC’s ones!)

– Does Senegal have the potential to compete on a global scale through ICT?

Surely. At least we work night and day at CTIC to achieve this! Senegal is already taking advantage of its very high level diaspora to boost global Senegalese companies. They start businesses back home and bring a lot a business and technology practices and then use their international connections to scale globally. We also believe that with the internet penetration rate growing rapidly, Senegal starts to be an ideal place to test business models and products for the francophone and global market. We now need to attract more international private investments (and not only from France!), but we are sure that with the political stability and the recent visit of Barack Obama, US investors are closely searching for a way to enter this region.

– What achievements can CTIC point to so far? Any high points?

We have graduated our first company, People Input, which is now the largest digital agency in Francophone Africa with around 30 employees and a presence in 3 countries. They of course have a great team but we did a great job together structuring their business development, getting access to public commands and gaining international partnerships and visibility. We have so far incubated 16 companies which are all still in business and 30 startups teams. The average revenue growth of our companies was 85% in 2012, up from 33% in 2011. In 2013, we have been able to secure around $150,000 in innovation investments for our startups and one of our incubatees received a series A funding from an international VC.

– What does the future hold for CTIC?

We are glad to have reached an interesting level of national and international recognition in only two years of time. CTIC is now involved in all major discussions at the top level in Senegal regarding ICT and entrepreneurship which helps us lobby for our entrepreneurs. The demand being high, we hope to move into a bigger building soon and thus we now need to better structure our team and internal processes to be able to scale rapidly. We want to develop better our soft landing program to facilitate entry in West Africa to foreign tech companies. We are also working with our original partners to replicate CTIC’s model to other regions of Senegal and to other countries. Niger incubators is already launched and Mali and Gabon are on the way. We will also keep on structuring the IT angels community and hopefully once we will have enough of them we could try to develop an equity based model for our accelerator program. Indeed, still a lot to do, but thanks to Human IPO, we’ll keep you posted!

20130516_184844

Note : This article has been written By Dinfin Mulupi and first published on How We Made It in Africa.

French-speaking Africa has often been approached cautiously by investors and companies from English-speaking countries within and outside the continent. However, the region is being viewed as an exciting region to do business as more local and international companies enter the market.

The Francophone Africa region  has a total population of more than 300 million people which some of the big economies being Senegal, Cote d’Ivoire, GuineaRepublic of the Congo, Cameroon and the Democratic Republic of the Congo (DRC).

Technology, according to Yann Le Beux, Catalyst at CTIC Dakar, the regions first incubator and accelerator based in Senegal, is one of the sectors expected to thrive in the region in coming years.  While some of the countries in the Francophone African region are politically insecure, Senegal is quite stable making it a good entry point into the region.

“Senegal is a very good base to start a business because people are well educated, very talented, there is good infrastructure and a lot of companies are headquartered in Dakar making partnerships easy and accessible. It is a good entry point into the rest of Francophone West Africa,”

Le Beux said Senegal’s market is mature adding that the country has a good technology infrastructure network with three mobile operators and about 98% mobile penetration.

“The technology market there is actually mature. It is not a very large market in Senegal but, what is interesting is that a lot of companies are headquartered in Senegal and target the entire Francophone regions and its 300million inhabitants. So, there is a lot of opportunities,”

In 2 years of activity, CTIC Dakar has incubated 15 companies generating revenue and has supported more than 30 startups drawn from Francophone West Africa.

“Generally, a lot of Senegal companies do well when they go to Ivory Coast, Burkina Faso or Cameroon. That is an advantage. The companies that we support at CTIC Dakar may have between 5 and 30 employees but already half of their revenue is made outside of Senegal”

CTIC Dakar is currently focused on supporting high-growth tech companies and start-ups because ‘there is not enough of them’ in the region by linking youthful tech enthusiasts with more experienced entrepreneurs. The incubator for IT and mobile services entrepreneurs offers training, business development, financing and linkages with industry players and public decision makers.

“There is opportunity to use technology to create linkages in other sector such as agriculture, tourism or education which are big in Senegal. We still have basic needs on this continent that have not been addressed using technology yet. We see a lot of opportunity for enterprise products,”

Companies that choose to venture into the region through Senegal have to contend with the challenge of accessing well trained and experienced manpower.

“We need more training in this area in Senegal. Generally, all over the continent these skills are lacking.  Financing is also a challenge because we don’t have enough early-stage private sector investment in Senegal. We need more business angels to bring seed capital to startups but we know that few venture capital funds like I&P (“Investisseurs et Partenaires”) are already based or looking at Senegal.

Local entrepreneurs in the country also have to battle with cultural expectations which stifle their business endeavors.

“The family is something very important in Senegal so, as soon as you get your diploma you are expected to start giving back to your family. Starting a business means you have to borrow a lot,”  says  Le Beux “This makes it difficult for one to start a business because they are expected to give, when what they need is other people to lend to them money to support their start-up. For some young entrepreneurs who start being profitable, it is not easy to find the right balance between helping the family or investing back in their growing businesses.”

He advised companies interested in investing in Senegal to hire the right people and form partnerships with local companies.

“As an investor you need to find a good person that will support the structure that you have. You need to have a reliable local team that you trust,”

English speakers, Le Beux added, should not shy away from Francophone Africa since they can ‘easily get around without speaking a word in French’ if they get help from local partners… like CTIC Dakar !

ORGANIGRAMME-copie-1024x768Amorcée depuis les années 90 aux Etats-Unis, la fièvre de l’entrepreneuriat TIC et des startups technologique est maintenant présente aux quatre coins du monde. Récemment, l’Afrique à rejoint le mouvement et de nombreux espaces co-working et quelques incubateurs ont commencé à émerger dans la plupart des pays et surtout au Afrique du Sud, Kenya, Ghana, Nigéria, Sénégal et Côte d’Ivoire. Leur but de ces organisations est de dynamiser les « écosystèmes technologiques » (communautés de développeurs, grandes entreprises, universités, etc) et/ou d’accompagner les porteurs de projet ou entreprises déjà établies dans leur croissance. Ces modèles nouveaux d’accompagnement entrainent la création de nouveaux postes, en général très centrés sur le relationnel et la connaissance des phases de développement d’une entreprise technologique. La double compétence TIC et Business est en vraiment recommandée. Voici une liste non-exhaustive de ces nouveaux métiers. Gardez à l’esprit que ces organisations se comportant la plupart elle-même comme des start-ups, les limites de ces postes sont larges et les personnes restent en général très polyvalente. Le poste de « Catalyst » que l’on trouve dans certaines structures par exemple, est souvent un mélange des trois profil ci-dessous.

 

Community, Digital et Event Manager

Personne en charge de gérer la présence de l‘incubateur et de ses entreprises sur les réseaux sociaux – les plus pertinents en Afrique étant Twitter, G+ et Facebook – et sur le web en général. Cette personne anime la communauté « online » mais il est très important qu’elle le fasse également « offline », en allant à la rencontre des gens et communautés de développeurs, des entrepreneurs et des décideurs du secteur TIC. Cette personne par ailleurs doit en organiser des événements (compétition de startups, panel de discussion sur l’entrepreneuriat, témoignages d’entrepreneurs, etc).

Qualités requises : grand sens du relationnel, connecté 24h/24h sur les réseaux, compétence de développeur est un plus, très bonne organisation et capacité de gestion du stress importante pour les événements.

 

Business Developer

Profil plus présent dans les incubateurs et que dans les co-working spaces. Personne en général senior ou junior plus et ayant un très bon carnet d’adresse. Cette personne est en charge de trouver des nouveaux marchés aux entreprises accompagnées par l’incubateur. Elle prend et accompagne les entreprises pour leur rendez-vous avec des prospects et aide à la négociation des contrats. Son rôle est ensuite de former les équipes commerciales des entreprises pour qu’elles puissent le faire d’elle-même. Ce poste est vraiment clés pour la croissance d’une entreprise car en général les fondateurs ont un profil technique et structurent assez mal leur déploiement commercial. Cette personne peut selon les organisations s’occuper aussi du business development de l’incubateur et lui trouver de nouveaux clients (entreprises à accompagnées), organiser des formations ou certification payantes ou négocier des prestations de conseil auprès de nouveaux incubateurs, qui seront réalisées par plusieurs personnes de l’équipe.

Qualités : carnet d’adresse, business focus, connaissance général des technologies, talent négociation

 

Hub manager et directeur d’incubateur

Ce poste varie grandement en fonction de l’organisation mais en général cette personne gère l’équipe et le développement de la structure, la recherche de financement et supervise ou gère la comptabilité. Elle aide à la visibilité locale et internationale de l’organisation et tisse des partenariats avec d’autres incubateurs, des réseaux, des universités, des bailleurs, des multinationales dans plusieurs pays. Elle peut également faire du Business Developement pour les entreprises et les conseille sur leurs modèles économiques, levées de fonds ou appel d’offre. Elle gère ou supervise également la création de nouveaux programmes d’accompagnement et d’événements. Cette personne travail enfin à la conceptualisation de l’offre de service de l’incubateur et réfléchis sur son modèle économique.

Qualités : très bon manager, carnet d’adresse, connaissance de l’entrepreneuriat TIC et du métier d’incubation, esprit entrepreneurial, talent négociation, capacité relationnelles et de présentation en public.

 Merci à Céline Thiam, Directrice RH chez Africsearch, pour m’avoir pousser à écrire ces quelques lignes…

Notes rédigées en partenariat avec Omar CISSE, directeur du CTIC, à l’occasion de la consultation sur l’élaboration de la Stratégie Nationale du Numérique du Sénégal en 2013.

Depuis plus d’une vingtaine d’années, les spécialistes étaient d’avis que le Sénégal regorge d’un potentiel important dans le domaine des Technologies de l’information et de la Communication.

  • Un environnement politique stable
  • Une bonne connectivité Internet
  • Un taux de pénétration du mobile de plus de 80%
  • Plus de 350 entreprises TIC
  • Une contribution de 7 à 9% des TIC au niveau du Produit Intérieur Brut

Cependant, force est de constater qu’aujourd’hui, ce potentiel n’est toujours pas assez exploité et que les TIC au Sénégal n’ont pas connu le développement attendu. Le développement des TIC au Sénégal ne saurait se faire sans des entreprises fortes capables de porter cette économie.

Constat

Cependant, il faut noter que :

• La contribution au PIB est essentiellement portée par les opérateurs de télécommunication et que la part des autres entreprises TIC est très faible ;
• La plupart des entreprises ne dépasse pas les 3 années d’existence ;
• Rares sont les entreprises qui font de la recherche développement du fait qu’elles sont souvent dans un état de survie et que le court terme est leur priorité
• Il n’existe pas de fonds d’amorçage pour des entreprises qui démarrent

L’environnement n’est pas toujours aussi propice au développement des entreprises :
• Le Sénégal ne dispose pas d’une vision clairement définie dans le secteur des TIC. Ceci ne favorise pas l’émergence d’une véritable industrie des TIC
• Le financement par les banques est difficilement accessible par les entreprises TIC du fait qu’elles ne disposent pas souvent de biens matériels pouvant servir de garantie. L’entreprise repose plus sur les ressources humaines et des immobilisations incorporelles. Il n’existe pas aussi de fonds de garantie dédié à ce secteur comme on en trouve pour d’autres ;
• L’investissement privé n’est pas assez structuré dans le secteur des TIC. C’est ainsi qu’il n’existe pas d’outils d’investissement qui pourraient accompagner les porteurs de projets à différents stades de développement (business angels, Venture capitalists, etc.)
• Il existe une faible connexion entre l’Université et l’entreprise. Ceci fait que l’innovation au sein des universités n’est pas vraiment exploitée par l’entreprise et que les véritables problématiques de ces entreprises ne sont pas toujours adressées par les universités. L’entreprenariat pourrait aussi être mieux développé à l’Université dans des domaines qui gagneraient à être mieux adressés par les TIC (agriculture, pêche, élevage, industries culturelles, etc.) ;
• Il existe très peu de structures d’accompagnement pouvant encadrer les entreprises TIC dans leur développement. Le secteur gagnerait à disposer d’un cybervillage, de plus d’incubateurs, de Co-working space, d’organisations qui accompagnent les entrepreneurs, etc. ;
 

Propositions

Les réponses à ces questions sont connues et ont fonctionné dans d’autres pays. Par exemple :
– fonds de soutien à la R&D et l’innovation (type OSEO en France ou SBIR aux US)
– fonds d’amorçage pour les PME TIC
– fonds de co-investissement lié à un club de Business Angel pour amorcer l’industrie du capital risque
– incubateurs et accélérateurs viables économiquement mais soutenus en partie par le gouvernement (son implication du gvt dans ces initiatives est indispensable pour amorcer le modèle)
– co-working spaces et espaces de création pour les développeurs et designers
– programmes de recherches financés par les industriels dans les écoles et universités
– programmes d’entrepreneuriat dans les écoles et universités

– établissement de partenariat avec centres de recherche ou entreprises étrangère, pour amener des technologies de pointe sur le marché Africain

– initiative nationale de promotion de l’entrepreneuriat tech (cf. (cf. Startup America, Startup Britain, Startup Chile, etc)

Note : contribution à un article du journal “L’Enquête” publié le 28 août 2013 suite à une visite de leur équipe au CTIC Dakar

Encore au stade embryonnaire au milieu des années 2000, le secteur de l’entrepreneuriat TIC (technologies de l’information et de la communication) est actuellement en pleine effervescence et expansion au Sénégal. Et devrait véritablement exploser en termes de génération de revenus d’ici 5 ans. Florilège d’exemples de réussites.

Les acteurs du secteur ne s’y trompent pas. D’ici quelques années, le secteur de entrepreneuriat TIC (création d’applications) va connaître un véritable boom avec une multiplication non seulement de sociétés mais aussi des revenus générés par le secteur dans son ensemble.

Aujourd’hui, néanmoins, c’est encore une autre histoire, même si de l’avis de quelques-uns, on commence à apercevoir le bout de tunnel.

A la vérité, entrepreneuriat TIC (technologies de l’information et de la communication) est parti de rien au Sénégal. ’’Les startups ont pour l’essentiel été mises en place et développées par des jeunes cadres désirant sortir de l’entreprise telle qu’on la comprend sous sa forme classique et voler de leur propres ailes. Ce qui veut dire que ce sont avant tout des initiatives individuelles. L’essentiel de ces entrepreneurs, j’irais jusqu’à dire les 2/3, ont entre 19 et 30 ans. Ils peuvent venir de tous les secteurs, certains d’entre eux ne savent d’ailleurs même pas coder’’, explique Basile Niane, journaliste et bloggeur spécialisé TIC.

Comment alors expliquer, vu la pluralité des profils, que le secteur marche si bien ? La question est d’autant plus importante que, s’il est vrai que des filières informatiques existent bel et bien, il n’y en a aucun qui se spécialise dans la mise en place de startups. Cela s’expliquerait, entre autres, par l’ouverture du milieu qui est par essence interconnecté. ’’Les startupeurs sont tous des férus de TIC, même s’il viennent d’autres secteurs. Interconnectés, ils se rencontrent régulièrement sur les réseaux sociaux ou utilisent d’autres moyens similaires pour entrer en contact et travailler ensemble, partager leur expériences, trouver ou développer de nouvelles compétences. L’Afrique brûle aujourd’hui les étapes et fait un travail extra en matière de TIC, c’est définitivement une filière qui a de l’avenir’’, ajoute le chroniqueur de l’émission Kenkeliba.

Si des Africains (dont des Sénégalais), font un travail aussi extra, c’est également parce qu’ils disposent de structures chargées de les accompagner : les incubateurs et co-working spaces. On en compte actuellement deux à Dakar : Jokkolabs (cowroking space) et le Centre incubateur des Tic (CTIC Dakar).

’’Nous avons ouvert en 2011. À l’époque, une forte motivation du secteur privé et de partenaires comme l’Optic ou la Banque mondiale avait conduit à la mise en place de la fondation des incubateurs du Sénégal. Notre mission se divise, aujourd’hui, en deux programmes phares. Il y a l’+incubation+, permettant aux entrepreneurs TIC d’apprendre à structurer leur entreprise et générer des revenus, notamment en termes de business développement, et l’+accélération+, qui est dédiée aux porteurs de projets prototypes et se traduit essentiellement par un accompagnement de ces derniers jusqu’à l’implémentation de leur idée’’, fait savoir Yann Le Beux, Catalyst du CTIC.

L’accompagnateur TIC en question, basé en centre-ville de Dakar, a déjà ’’incubé’’ une quinzaine de startups aujourd’hui économiquement viables et mêmes génératrices de croissance, à l’exemple des sociétés People Imput, Sama Event, Mlouma (une application destinée aux agriculteurs), Agendakar ou encore Xtreme (application d’hôtellerie). Concernant l’accélération’’, le CTIC accompagnerait une vingtaine de projet par an en plus d’organiser des événements ponctuels comme le ’’Tekki 48’’ ou le ’’StartupWeekend’’, rencontres annuelles permettant à des équipes de développeurs, graphistes et/ou marketeurs de monter leurs propres entreprises.

’’Marché complètement vierge’’

’’Avec un minimum de structuration, je pense qu’il ne sera pas difficile de conquérir le secteur TIC sénégalais, surtout qu’il s’agit d’un marché complètement vierge. Notre expérience nous a permis de déterminer qu’une startup moyenne peut atteindre les 85% de croissance par an, les 4 secteurs d’activité les plus populaires étant le développement logiciel, la création de contenus web, les applications mobiles et le Community management (gestion de pages sur les réseaux sociaux pour le compte d’un tiers), soutient le Catalyst de l’Incubateur TIC de la rue Béranger Féraud.

Défaut de compétitivité, manque de soutien public

Ce dynamisme et cette ouverture du marché n’occultent cependant pas le fait que tout n’est pas rose pour le startup au Sénégal. On déplore un manque de compétitivité de ces startups en tant qu’entreprises, qui s’expliquerait par le fait que leurs créateurs, issus pour la plupart de filière scientifiques, ont souvent du mal à gérer les aspects business (administration, marketing, comptabilité).

Il y a aussi à leur égard une apathie apparente de la part des gouvernants. ’’En ce qui concerne l’État, ça bloque un peu car nombre de startups ont des problèmes avec les procédures administratives, même si des structures comme l’Apix (Agence pour la promotion des investissements et des grands travaux de l’État) facilitent les choses. En ce qui concerne les décideurs, néanmoins, il ne se passent pas grand chose : les annonces et les promesses faites ne sont généralement que du discours politicien’’, déplore Basile Niane. ’’Il nous manque avant tout une véritable stratégie nationale concernant le secteur TIC. Il faudrait en faire une qui dérive de celle du secteur privé, à mon avis. Il faut motiver les jeunes entrepreneurs afin qu’il aient plus d’avantages donc moins peur de se lancer’’, renchérit Yann Le Beux.

Et qu’en est-il des ’’startupeurs’’ eux-mêmes ? S’ils admettent que l’aventure n’a pas toujours été facile, aucun ne regrette vraiment de s’être lancé dans entrepreneuriat Tic.

’’J’ai commencé en 2009 avec le lancement du portail local d’événementiel. Autant dire qu’on est parti de zéro moyen, de surcroît dans un environnement peu propice. Monter une startup était alors quelque chose d’extrêmement compliquée parce qu’on avait presque de la peine à convaincre nos partenaires que ce qu’on faisait, essentiellement du service, était un vrai travail. Il était par exemple impossible d’obtenir un prêt bancaire alors qu’aujourd’hui ce sont de gros clients comme Tigo ou le British Council qui nous confient leur com’’, confie Alassane Deme le manager général de la startup NelamServices.

Ceux qui acceptent néanmoins de mettre les mains dans le cambouis expliquent leur choix par une logique de positionnement. ’’Je travaille dans le développement d’applications, notamment pour mobile. Et si je me suis installé à Dakar, c’est pour deux raisons : la première est que je voulais démontrer qu’il était possible de développer des programmes 100% made in Sénégal ; la deuxièmeest que je crois qu’il est possible de développer le marché potentiel de ma startup dans ce pays, plutôt que d’opter pour être juste en offshore. J’emploie 15 personnes, dont une équipe technique basée et formée à Dakar,et dont 4 membres disposent d’un CDI (contrat à durée déterminé), fait savoir Moustapha Ndoye, expatrié revenu vivre au Sénégal et fondateur de Xtreme.

Se battre donc, et être toujours plus performant : tel est le combat des startupeurs sénégalais, dont la majorité reste optimiste quant à l’avenir malgré les obstacles. ’’Le terme startup n’est pas encore forcément bien perçu mais nous travaillons à cela. Je crois en ce secteur et aux opportunités qu’il offre surtout en terme de BtoB (Business to Business). Il y a énormément de solutions à trouver, particulièrement en terme d’applications mobiles, ou de logiciels spécialisés. C’est à nous, startupeurs, de créer de la valeur ajoutée à nos logiciels’’, indique Moustapha Ndoye, lucide.

(Source : Enquête, 28 août 2013)

IMG_0491

Note : interview rédigée avec Omar Cissé et accordée au magazine Sénégalais Réussir

1.     Comment accompagnez-vous les porteurs de projets TIC ?

Comme vous le savez peut être, la réussite et la viabilité financière de l’incubateur, qui est une association, est majoritairement basée sur la croissance du revenu des entreprises que nous accompagnons ; l’accompagnement que nous fournissons est donc au cœur de nos préoccupations. L’incubateur dispose de deux programmes d’accompagnement en fonction des stades de développement des entreprises : 1) le programme d’incubation, pour lequel un jury d’entrepreneurs sélectionne des entreprises générant déjà un minimum de revenu et quelques clients. Ce programme peut durer jusqu’à 3 ans. 2) Le programme d’accélération « BuntuTEKI » de 6 mois qui accompagne des porteurs de projets ou entreprises en phase de création mais ayant tout de même développé un premier prototype (site web, application mobile ou logiciel).

Dans le premier, le programme d’incubation, les entreprises peuvent bénéficier de locaux tout équipés mis à leur disposition avec l’internet haut débit et une assistante d’accueil. Ils sont accompagnés dans leur gestion comptable et fiscale par une personne dédiée à plein temps aux incubés. Ils sont également soutenus dans leur « business development » ou prospection commerciale par l’ensemble de l’équipe du CTIC. Par exemple nous organisons des petits déjeuners d’affaires dans lesquels nous regroupons les clients cibles de nos incubés (banques, assurance, directeur de l’administration etc.). Au jour le jour, nous aidons nos entreprises à structurer leur développement commercial et les aidons dans la prospection et la vente de leurs solutions. Une équipe de consultants est également mis à la disposition de nos entreprises pour tous les aspects marketing et finance. Nous aidons également nos entreprises à avoir des stands dans les salons internationaux et finançons quelques billets d’avion. Enfin, lorsqu’elles sont prêtes, nous soutenons nos entreprises dans leurs levées de fonds – nous avons d’ailleurs amorcé un groupe de business angels TIC dans ce sens.

Dans le programme d’accélération, les porteurs de projets sont poussés au test et à l’implémentation de leur solution sur le terrain et à la génération de premiers revenus. Ils bénéficient de locaux partagé et comme pour l’incubation, d’un suivi hebdomadaire et de mises en relation avec des clients ou partenaires potentiels des secteurs privés ou public. Plusieurs ateliers de formation technique ou business sont par ailleurs organisés.

Enfin, nous nous efforçons de mettre nos entreprises en avant dans de nombreux événements et dans les médias, et c’est en partie pour cela que nous avez peut être entendu parler de People Input, Xtreme, Seysoo, Amarante ou encore Nelam Services l’entreprise derrière Agendakar.com.

 

2.     Les contraintes empêchant une éclosion d’une véritable industrie TIC ?

Elles sont multiples et complexes mais quelques solutions simples et pragmatiques peuvent leur être trouvées 1) développer plus d’incubateurs pour accompagner les PME TIC dans leur gestion et développement commercial et ainsi développer un tissus économique dense d’entreprises TIC innovantes et d’envergure international. 2) mettre en place des fonds public de soutien à la recherche scientifique et à l’innovation pour favoriser l’émergence d’entreprises et de solutions TIC innovantes, notamment liées aux autres secteurs de l’économie (tourisme, agriculture, banque, éducation ,etc.) 3) dynamiser l’enseignement supérieur par des programmes d’entrepreneuriat et davantage de liens avec l’industrie, afin de pallier au manque de compétences « applicables » des jeunes diplômés et multiplier le nombre de projets d’entreprises. 4) appliquer la législation sur l’attribution systématique d’une part des marchés public aux PME nationales, sans quoi ces dernières ne pourront jamais grandir et le pays sera toujours « dépendant » technologiquement parlant. Mais soyons positif, certaines de ces mesures sont déjà mises en œuvre et sont en train de placer le Sénégal en tête des pays africain sur les questions d’entrepreneuriat TIC.

 

3.     Bilan des JETIC ?

Très positif globalement pour une première. Ce fut un challenge de taille pour la petite équipe du CTIC (7 personnes) en termes d’organisation et de logistique car c’était la première fois qu’un événement TIC d’une telle ampleur et non associé à une entreprise particulière avait lieu au Sénégal. Mais tout s’est vraiment bien déroulé, l’ensemble des acteurs et décideurs privés et publics liées aux secteurs des TIC et de l’entrepreneuriat étaient présents et se sont engagés à soutenir davantage les initiatives du domaine. Les entreprises accompagnées par le CTIC ont pu partager leurs expériences et mettre en avant leur produits et les partenaires majeurs tels que l’ARTP, la Sonatel, la GIZ ou l’ADIE ont tous été fiers d’être associés à l’événement. Enfin, de nombreux projets innovants ont vu le jour grâce aux compétitions universitaires (Start-Rek) et aux deux jours intenses de coaching pour 10 projets (Tekki48), remporté par la startup de synthèse vocale Voxygen. La prochaine édition des JETIC devrait avoir lieu en 2015.