Archives for posts with tag: numérique

Depositphotos_90052224_m-2015.jpg

Le continent africain est sans nul doute un continent d’avenir, que ce soit par sa croissance économique (près de 5% en 2015), par le dynamisme de sa population (50% des gens ont moins de 17 ans au Sénégal par exemple) et bien sûr par la transition de nombreux états vers des systèmes (plus ou moins) démocratiques, donc plus stables et plus sûrs pour les investisseurs. Désormais, l’étranger qui atterrit à Dakar, Abidjan ou Nairobi est frappé par le niveau de développement des infrastructures. En effet, il ne s’attend pas à trouver autant de routes, d’hôtels, d’industries… et de pubs pour les opérateurs télécoms !

Car ceci est peut-être le plus marquant quand on arrive sur le continent : le boom technologique qui est en train de s’y passer. Bien sûr, il se passe aussi partout dans le monde, mais beaucoup pensaient que les entrepreneurs et consommateurs africains ne s’intéresseraient au numérique qu’une fois tous les autres problèmes résolus : santé, éducation, etc. Au contraire, il s’avère que l’espoir même du développement accéléré, qualitatif et équitable du continent passe aujourd’hui par les technologies.

Pour résumer, pensez à un marché où la plupart des états sont encore faibles et où santé, éducation, économie sont négligées ou, au mieux, prises en charges par des bailleurs internationaux ; où les entreprises de tous secteurs – bâtiment, commerce, services – grandissent 3 fois plus vite qu’ailleurs et sont demandeuses de services informatiques adaptés à leur contexte. Imaginez un continent de 2 milliards de personnes dont environ 20% de la population est connecté au reste du monde alors que le reste du monde ne les regarde pas encore.

Tout cela, comme vous le comprendrez, représente des opportunités d’affaires incroyables pour les entrepreneurs occidentaux, à condition bien sûr de faire les choses bien. Dans un prochain billet, nous parlerons d’ailleurs de la manière d’aborder son développement en Afrique. Mais pour l’instant quelles opportunité pour les entreprises technologiques en Afrique ?

1) Les technologies « adaptés »

Par cela nous entendons toutes les technologies ayant potentiellement plus d’impact et de marché en Afrique qu’ailleurs. Nous pouvons citer par exemple les technologies vocales, comme d’ailleurs Voxygen, cette spin off de Orange Lab qui fait de la synthèse vocale à partir de texte en français, anglais et de nombreuses autres langues, dont certaines africaines. Pour sa première d’implantation à l’étranger la PME a logiquement choisi l’Afrique, où une grande partie de la population est encore illettrée… mais maintenant connectée ! Nous pouvons ainsi imaginer de nombreuses technologies ou applications qui, lorsque bien pensées et adaptées au contexte local, peuvent permettre de fournir des services à un très large marché. La question des business modèles est cependant très importante et nous traiterons de ce sujet dans un prochain article.

2) Les objets connectés

Ce domaine émerge tout juste en Afrique et est pour l’instant concentré autour de quelques fablab ou maker spaces tels que le WoeLab au Togo, GearBox au Kenya ou Ker Thiossane au Sénégal. L’incubateur CTIC Dakar lancera aussi prochainement, à Dakar, WAZIUP, un programme Européen de recherche de 3 ans pour le développement d’applications IoT en Afrique. Le potentiels des objets connectés peut être immense dans un contexte où de nombreuses infrastructures de bases (routes, ponts, télécommunication) sont encore en construction ou trop couteuses. Pourquoi une ONG transporterait ses médicaments par une route en terre quand elle peut le faire avec un drône ?

3) le marketing digital

Le boom du marketing digital a débuté dans les pays les plus mûrs comme le Nigéria, le Sénégal et la Cote d’Ivoire en Afrique de l’Ouest. Déjà vous retrouvez des agences bien établies et de qualité internationale telles que ByFilling ou People Input. Il ne faut donc pas chercher à rentrer de manière classique sur ce marché mais penser partenariat ou segmentation. Un marché énorme restant à prendre en compte par exemple pour le marketing digital est celui du e-commerce, dont la croissance en Afrique est extrêmement forte. Le succès de la startup franco-sénégalaise Niokobok en témoigne par exemple.

4) le big data

Bien sûr cela va de pair avec le boom des objets connectés et des smartphones, mais replacez cela dans un contexte où les TPE et PME manquent encore d’outils de gestion de base. Par exemple imaginez un boutiquier à Dakar qui note toutes ses commandes et ventes sur un carnet. Si bien pensé et adapté à ses besoins, un logiciel de gestion tel que Ndiarté de l’entreprise Sénégalaise Genius Family a un impact direct sur la croissance. Par ailleurs, ce genre d’applications collecte des milliers de données sur les clients et fournisseurs, et ne sont pas encore suffisamment exploitées. Ajoutez-y bientôt le boom des paiements par le mobile… Il y a donc ici de grosses opportunités pour les entreprises d’analyse et de visualisation de données massives.

5) les « uber-like »

Le cliché veut que l’Afrique soit le continent où le « communautaire » est né et perdure toujours… alors qu’en occident, il a été perdu et ne revient que depuis peu grâce aux Uber et AirBnB. Cette question mériterait une analyse anthropologique poussée. Notre avis est que les modèles communautaires peuvent extrêmement bien marcher en Afrique, à condition peut être de les faires débuter dans les cercles familiaux élargis, dans lesquels la confiance est la plus forte. Un aspect par contre plus visible, est le fait que sur le continent, très peu de pays ont eu une industrialisation de masse menant à l’employabilité de la majorité de la population. Vous retrouvez donc des économies informelles où la population active a rarement un emploi stable et unique, mais cumule déjà plusieurs jobs et petits business. Pour résumer, nous pensons que l’association d’une économie informelle et donc flexible avec une culture communautaire forte est une très bonne base pour le déploiement de services décentralisés ou « uber-like ».

6) Le UX/UI Design

Aucune des innovations mentionnées ci-dessus ne pourra réussir si la qualité des interfaces graphiques et de l’expérience utilisateur sont négligées. Pour rappel, au Sénégal par exemple, 94% des connections à internet se font par le mobile, et comme nous le disions plus haut, une partie de la population est encore illettrée, en tous cas en français. Le design des interfaces, des parcours utilisateurs, de l’iconographie est vraiment important car les gens ne réagissent pas encore aux mêmes codes qu’en occident. Une icône avec une maison a-t-elle la même signification partout ? Nous manquons encore cruellement de designer en Afrique et ceci représente une forte opportunité pour des entreprises étrangères ayant une expérience dans ce domaine, soit par la collaboration avec des développeurs locaux soit par la formation et le renforcement des compétences en design locales.

En bref

Vous l’aurez compris, l’Afrique représente une terre d’opportunité pour les entreprises du numérique. Cependant, il ne faut pas se contenter de répliquer sur ce continent les modèles cassés et les entreprises en perte de croissance en occident. Il faut innover encore plus en s’imprégnant longuement du contexte local, seulement ainsi nous pourrons pallier au manque d’infrastructure et de réaliser les sauts technologiques qui seront le levier d’une croissance accélérée et durable.

Advertisements

Notes rédigées en partenariat avec Omar CISSE, directeur du CTIC, à l’occasion de la consultation sur l’élaboration de la Stratégie Nationale du Numérique du Sénégal en 2013.

Depuis plus d’une vingtaine d’années, les spécialistes étaient d’avis que le Sénégal regorge d’un potentiel important dans le domaine des Technologies de l’information et de la Communication.

  • Un environnement politique stable
  • Une bonne connectivité Internet
  • Un taux de pénétration du mobile de plus de 80%
  • Plus de 350 entreprises TIC
  • Une contribution de 7 à 9% des TIC au niveau du Produit Intérieur Brut

Cependant, force est de constater qu’aujourd’hui, ce potentiel n’est toujours pas assez exploité et que les TIC au Sénégal n’ont pas connu le développement attendu. Le développement des TIC au Sénégal ne saurait se faire sans des entreprises fortes capables de porter cette économie.

Constat

Cependant, il faut noter que :

• La contribution au PIB est essentiellement portée par les opérateurs de télécommunication et que la part des autres entreprises TIC est très faible ;
• La plupart des entreprises ne dépasse pas les 3 années d’existence ;
• Rares sont les entreprises qui font de la recherche développement du fait qu’elles sont souvent dans un état de survie et que le court terme est leur priorité
• Il n’existe pas de fonds d’amorçage pour des entreprises qui démarrent

L’environnement n’est pas toujours aussi propice au développement des entreprises :
• Le Sénégal ne dispose pas d’une vision clairement définie dans le secteur des TIC. Ceci ne favorise pas l’émergence d’une véritable industrie des TIC
• Le financement par les banques est difficilement accessible par les entreprises TIC du fait qu’elles ne disposent pas souvent de biens matériels pouvant servir de garantie. L’entreprise repose plus sur les ressources humaines et des immobilisations incorporelles. Il n’existe pas aussi de fonds de garantie dédié à ce secteur comme on en trouve pour d’autres ;
• L’investissement privé n’est pas assez structuré dans le secteur des TIC. C’est ainsi qu’il n’existe pas d’outils d’investissement qui pourraient accompagner les porteurs de projets à différents stades de développement (business angels, Venture capitalists, etc.)
• Il existe une faible connexion entre l’Université et l’entreprise. Ceci fait que l’innovation au sein des universités n’est pas vraiment exploitée par l’entreprise et que les véritables problématiques de ces entreprises ne sont pas toujours adressées par les universités. L’entreprenariat pourrait aussi être mieux développé à l’Université dans des domaines qui gagneraient à être mieux adressés par les TIC (agriculture, pêche, élevage, industries culturelles, etc.) ;
• Il existe très peu de structures d’accompagnement pouvant encadrer les entreprises TIC dans leur développement. Le secteur gagnerait à disposer d’un cybervillage, de plus d’incubateurs, de Co-working space, d’organisations qui accompagnent les entrepreneurs, etc. ;
 

Propositions

Les réponses à ces questions sont connues et ont fonctionné dans d’autres pays. Par exemple :
– fonds de soutien à la R&D et l’innovation (type OSEO en France ou SBIR aux US)
– fonds d’amorçage pour les PME TIC
– fonds de co-investissement lié à un club de Business Angel pour amorcer l’industrie du capital risque
– incubateurs et accélérateurs viables économiquement mais soutenus en partie par le gouvernement (son implication du gvt dans ces initiatives est indispensable pour amorcer le modèle)
– co-working spaces et espaces de création pour les développeurs et designers
– programmes de recherches financés par les industriels dans les écoles et universités
– programmes d’entrepreneuriat dans les écoles et universités

– établissement de partenariat avec centres de recherche ou entreprises étrangère, pour amener des technologies de pointe sur le marché Africain

– initiative nationale de promotion de l’entrepreneuriat tech (cf. (cf. Startup America, Startup Britain, Startup Chile, etc)